Blog

Collection Papiers peints Lartotek chez Labo-Léonard

Ajouté le 16 oct. 2018

Une collection de papiers peints haut de gamme en édition limitée, 

réalisée à partir d’œuvres d'artistes contemporains.

Références de mes dessins sur le site de Labo-Léonard:

HM1; HM2; HM3; HM4; HM7; HM8; HM9

HM3


Nouvelle Collection de Papiers Peints d'Artistes chez LABO-LEONARD

Ajouté le 14 sept. 2018

Dessin (aquarelle, encre & lavis) de Hélène Mongin

Direction artistique Nathalie Guillot / LABO-LEONARD


Dessin édité chez la Maison Pierre Frey

Ajouté le 31 janv. 2017

Paysage d'encre, Montagnes & Nuée, édité chez Pierre Frey, intitulé "Yunnan", dans la collection de papiers peints "Guizhou" .

Exposition du 12 Décembre 2015 au Dimanche 21 Février 2016 au Carla-Bayle en Ariège

Ajouté le 5 janv. 2016

Cent Centimètres carrés IV / 2015-2016

Pour la 4ème année Rue des Arts renouvelle la proposition d'exposition dédiée aux très petits formats (10x10 cm). Cette année nous vous offrons la possibilité d'exposer en 2 lieux :
- Galerie du Philosophe au Carla-Bayle en Ariège du 12 décembre 2015 au 21 février
- Ancien Evêché à Sarlat-la-Canéda en Dordogne du 18 décembre 2015 au 3 janvier 2016 pour l’exposition des Hivernales.

"Galerie du Philosophe"  Place de l’Europe, 09130 Carla-Bayle.

et

à l'Ancien Evêché pour l’exposition des Hivernales, à Sarlat-la-Canéda, en Dordogne.

Lien: http://la-rue-des-arts.blogspot.fr/

Les Estivales du Palais des Arts au Palais des Evêques de Saint-Lizier du 14 au 27 juillet 2014

Ajouté le 7 juil. 2014

Créations photographiques à partir de prises de vues du train du paysage le long de la voie ferrée, paysage traversé par la voie ferrée, mais aussi paysage traversant la lumière et les nuées...

Estivales du Palais des Arts à Saint-Lizier, au Palais des Evêques du 14 au 27 juillet 2014

Ajouté le 7 juil. 2014

Exposition au 1er étage du Palais des Evêques, grande salle de droite:

Créations photographiques de Hélène Mongin, autour du paysage traversé par la lumière et la voie ferrée, sur le trajet Toulouse-Boussens.

Sur la ligne de chemin de fer entre Toulouse et Boussens, entre ville et campagne, j’ai voyagé régulièrement sur plusieurs années.

De larges étendues plates et monotones, des champs cultivés à perte de vue, des zones industrielles, des usines et des lignes à haute tension défilent dans le cadre de la fenêtre du train, tel un film, ponctué par de courts arrêts aux petites gares où l’humain semble réapparaître...

 

Le long de cette voie ferrée, je capte en série des photos-séquences, ce paysage-film cent fois vu et revu.

Les phénomènes météorologiques, la lumière à différents moments de la journée, les nuées et le mouvement sont autant de phénomènes qui avalent et révèlent tout à la fois ce paysage qui les traverse tout en étant traversé par eux.

 

Entre lumières et nuées sans cesse en mouvement, la vitesse du train vient altérer la perception du paysage et semble tout emporter avec elle : les figures, l’espace et la lumière.

Des silhouettes intemporelles, mystérieuses et éphémères semblent surgir pour disparaitre aussitôt…

 

Ce paysage traversé par mon regard, l’est également par l’histoire de ma vie, mes états d’âme, mes projections et mes rêveries : un autre paysage alors apparaît, il prend une dimension cinématographique, fantasmagorique, aux atmosphères apocalyptiques…

 

Mais les nuées sont également caractéristiques des théophanies (théo = Dieu, phan = apparition) dans la littérature apocalyptique biblique, dont je suis nourrie, notamment dans le livre de l’Exode ou du prophète Daniel, de l’Ancien Testament et dans la Révélation de Jésus-Christ selon Saint-Jean, le dernier livre de la Bible. 

 

Ma démarche est toujours très intuitive et quasi obsessionnelle : ces photos sont une sélection parmi plusieurs centaines de photos, toutes prises en mouvement avec un des premiers appareils numériques.

 

La perte de perception du paysage due à la vitesse, se retrouve dans l’image photographique captée, où l’altération du paysage y est manifeste.

 

C’est justement cette altération que j’ai voulu accentuer à outrance par une déperdition de l’image que j’ai travaillé par reproductions répétées de la même image.

 

De l’’apparition à la disparition, un intervalle furtif surgit, où un songe vient s’y loger…c’est dans cet intervalle que mes doigts de peintre ont œuvré pour faire apparaître, disparaître, réapparaître…

 

L’altération devient si intense qu’elle en transforme l’image source. Les multiples images de ce paysage traversé par la lumière, les ténèbres, les nuées pourraient bien être les multiples visages de notre être, traversant ténèbres et lumière sur le chemin de la vie.

                                                                                              Hélène Mongin

Exposition à la Médiathèque de Lescure (Ariège): Le livre se livre

Ajouté le 12 juin 2014

Une exposition - installation réalisée par Hélène Mongin, au sein de la médiathèque de Lescure se déroule actuellement du 23 mai au 05 juillet 2014. L'artiste y présente ses créations de livre, sous diverses formes: rouleaux-tentures, pages-rouleaux, pages cousues, livres en pliage, carnets cousus, livres suspendus...etc.

Le livre se livre: exposition médiathèque de Lescure du 23 mai au 05 juillet 2014

Ajouté le 12 juin 2014

Exposition- installation d'œuvres murales et de livres sous des formes diverses: rouleaux, pages, carnets, tentures, pages cousues, pages en suspensions

"Variations, de la page de journal au livre" à la médiathèque de Saint-Girons du 17 / 01 au 23 / 02 / 2014

Ajouté le 4 mars 2014

Travail de l'artiste autour de l'objet journal, dans sa forme et par son sens: depuis 1991, à partir de la page de journal dans son intégralité puis peu à peu en déstructurant la composition pour décomposer la page en la découpant en la recomposant par la couture ce qui l'a amenée à la création de livres d'artiste.

Exposition artistique de Hélène Mongin "Variations de la page de journal au livre à la médiathèque de Saint-Girons en Ariège

Ajouté le 30 janv. 2014

La médiathèque municipale Gaston-Massat propose actuellement et jusqu’au 22 février la première exposition de l’année, en l’occurrence celle de la plasticienne Hélène Mongin, sur le thème «Variations de la page de journal au livre». Depuis 1991, l’artiste se consacre à une réflexion et une recherche plastique autour de la page de journal à partir de journaux régionaux, nationaux et étrangers. Ainsi, elle a été naturellement amenée à repenser le journal comme un livre. En interférant le texte, le message, sa lisibilité, les images et la composition de chaque page de journal par sa propre écriture plastique, elle insuffle un caractère unique à chacune des pages investies. Puis le journal est recomposé sous plusieurs formes de lecture : pages, tentures cousues et suspendues, petits livrets peints. Autant de formes différentes qui engagent le corps et l’esprit dans des attitudes différentes de lecture, collectives ou plus intimistes. Plus d’infos au 05 61 66 15 47. / 05.61.96.79.83/ 06.52.53.91.51


Créé avec Artmajeur